10 soft skills indispensables en établissement de santé

les 10 soft skills indispensable à l'hôpital

Lorsque l’on travaille dans le secteur de la santé, il est naturel d’accorder une importance accrue aux compétences techniques pour chaque type de poste, notamment pour les fonctions de prise en charge des patients. Dans un environnement tel que le secteur de la santé où l’humain occupe une place centrale, certains soft skills sont indispensables. Voici les dix principaux, qui peuvent faire une grande différence pour votre structure hospitalière.

1 - L’intelligence émotionnelle

C’est un des soft skills attendus dans tous les contextes de travail, mais encore plus dans le domaine de la santé. On peut définir l’intelligence émotionnelle comme la compréhension de soi et des autres. Les personnes douées d’intelligence émotionnelle sont généralement des personnes très empathiques, qui ont la capacité de réguler leurs impulsions et leurs humeurs en toute situation. C’est un soft skill particulièrement important à l’hôpital, où les professionnels de la santé doivent être en mesure d’identifier l’état émotionnel d’un patient, de faire preuve d’empathie et de communiquer avec le patient quelle que soit la situation.

2 - Les capacités de communication

La capacité de communication est aussi un des soft skills incontournables, il comprend la communication verbale, non verbale et écrite. Ce n’est pas seulement le choix des mots qui a de l’importance, mais aussi la façon de le communiquer en termes de comportement, ton, ou encore langage non verbal. Une bonne communication verbale et non verbale améliore la qualité des relations de travail entre les équipes, mais aussi la prise en charge du patient comme de l’accompagnant pour créer de la réassurance.

3 - La capacité à travailler en équipe

L’esprit d’équipe est un soft skill central pour les professionnels de la santé. Travaillant le plus souvent à plusieurs, même pour un seul patient, il est essentiel de savoir comment collaborer avec les autres personnes de son service, mais aussi des autres services, dans le meilleur intérêt des patients. La fiabilité, l’adaptabilité et le respect de l’autre jouent également un rôle essentiel dans le succès d’une équipe de soins. Dans un milieu en constante évolution, ceux qui savent travailler en équipe acceptent les changements et s’adaptent facilement.

4 - La gestion du stress

À l’hôpital, le personnel soignant est régulièrement soumis à la pression et à la surcharge de travail. Mais le stress crée aussi un épuisement qui peut amener les professionnels de la santé à faire des erreurs. Parmi les soft skills attribuables au milieu de la santé, la capacité à gérer son stress est centrale dans ce contexte. Il faut être capable de garder son calme, de ne pas communiquer son stress aux autres, qu’ils soient coéquipiers ou patients.

5 - La capacité à gérer son temps

Dans un contexte où il est question de la santé et de la vie d’autres personnes, la question du temps et de la gestion du temps est capitale. Les professionnels de la santé peuvent parfois être sollicités par plusieurs personnes ou pour plusieurs problématiques en même temps. Il est important dans ce contexte de savoir gérer son temps et hiérarchiser le caractère urgent des tâches. La capacité à gérer son temps veut aussi dire être capable de rapidement s’adapter à des changements de routine.

6 - L’attention aux détails

Dans le milieu hospitalier, le soft skill de l’attention au détail est simplement capitale, les plus petites erreurs peuvent mettre la santé de patients en danger ou causer des problématiques sanitaires. Pharmaciens, infirmières et médecins qui gèrent le dosage des médicaments et des gestes de soins bien précis doivent être en mesure de porter une attention particulière aux détails. L’attention aux détails est aussi particulièrement importante en service d’urgences, où l’activité permanente et les distractions sont encore plus présentes. Il faut être capable de rester concentré.

7 - Éthique de travail

L’éthique du travail est un soft skill qui touche aux questions de rapport au travail et de discipline. Elle comporte de nombreux éléments, notamment le professionnalisme, la ponctualité, la capacité à terminer des tâches dans les temps… l’attitude et le comportement au travail en général. Le monde de la santé est exigeant et demande parfois de travailler de longues heures, cultiver une éthique de travail évite de nombreuses frustrations pour le reste du collectif et renforce l’esprit d’équipe.

8 - Le professionnalisme

Même si le professionnalisme fait partie de l’éthique de travail, il mérite une partie en tant que soft skill à part entière. Le professionnalisme est un peu le contrepoids de l’empathie, puisque s’il est important de comprendre le patient, il est tout aussi important de savoir garder des limites saines et une attitude professionnelle. Les émotions personnelles n’ont pas leur place dans une relation soignant / patient et peuvent même créer un contexte négatif pour ce dernier.

9 - La capacité d’adaptation

Avant dernier des soft skills incontournables à l’hôpital, la capacité d’adaptation équivaut au fait d’être conscient que l’on ne sait pas tout, que les environnement de travail et les connaissances évoluent et qu’il faut évoluer avec. Même le meilleur médecin ou la meilleure infirmière aujourd’hui pourra avoir des lacunes demain s’ils ne suivent pas les progrès de la médecine, de la technologie et des procédures. La capacité d’adaptation veut aussi dire être capable de recevoir la critique et en tenir compte.

10- Confiance en soi

Dernier soft skill du domaine de la santé a posséder absolument : la confiance en soi et en son travail. Elle influe considérablement sur la qualité du travail et sur les performances du professionnel de santé. De plus, elle possède une autre vertu, celle de rassurer considérablement les patients et d’améliorer l’expérience qu’ils vivent. Avoir confiance en soi et en ses compétences renvoie l’image que l’on sait ce que l’on fait et que l’on peut nous faire confiance, c’est un cercle vertueux.

Il existe de nombreuses façons d‘identifier les soft skills qui manquent dans un service, comme les tests de personnalité. Il est par ailleurs intéressant de valoriser les agents porteurs de soft skills indispensables à l’hôpital. Ils peuvent être désignés comme référents et être placés dans une démarche d’apprentissage par les pairs. De cette manière les autres membres du personnel soignant peuvent acquérir les compétences qui leur manquent. Par exemple, si vous connaissez un excellent communiquant dans le service, pourquoi ne pas l’inviter à se placer en référent pour enseigner ce qu’il sait aux collaborateurs qui en ont besoin ?

N'hésitez pas à partager cet article ;-)