Salariés : exigez des preuves de la qualité des formations !

qualité des formationsLa rédaction d'Emploi-pro a publié en octobre 2013 un numéro spécial sur la formation continue (en complément d'un numéro du magazine Usine Nouvelle).

Le dossier est consultable en ligne directement à cette adresse. Sur cette page, vous avez également la possibilité de le télécharger au format PDF.

Différents thèmes y sont abordés (dont la future réforme, évidemment...), notamment pour conseiller les salariés dans la recherche et le choix de leurs formations. En effet, si ce terrain a longtemps été la chasse gardée du responsable formation et du manager du salarié lui-même, le fait est que l'on demande de plus en plus au collaborateur de prendre en main sa carrière et, donc, d'être force de proposition en matière de développement de ses compétences.

Cela se tient, en théorie. Mais dans les faits, c'est un peu compliqué. En effet, force est de constater que les responsables formation, eux-mêmes, ont souvent du mal à s'y retrouver dans la jungle des organismes de formation et de leur offre. Alors mettons-nous un instant à la place du salarié lambda, non spécialiste de la formation par définition... Comment peut-il séparer le bon grain de l'ivraie ? En exigeant des preuves de la qualité des formations susceptibles de l'intéresser !

C'est dans ce cadre qu'une journaliste d'Emploi-pro a souhaité m'interviewer. Un encart relatant quelques unes des idées avancées est proposé page 5. Le texte est aussi directement consultable en cliquant ici. Évidemment, il ne s'agit que d'une synthèse (très) rapide car le sujet est vaste.

Concrètement, les sources d'information que peut mobiliser un salarié à la recherche d'une formation pouvant répondre à ses objectifs de développement professionnel peuvent notamment être les suivantes :

  • Les organismes de formation : les plus professionnels d'entre eux ont mis en place un véritable système d'évaluation des formations. Certains se limiteront à quelques statistiques sur la satisfaction des participants à leurs formations, ce qui est loin d'être suffisant pour attester de la qualité d'une formation. D'autres iront plus loin et pourront livrer des informations sur les apprentissages réalisés, l'utilisation concrète des acquis de la formation en situation de travail... voire le devenir des anciens participants, notamment pour les formations à destination des demandeurs d'emploi (taux de placement, nature des postes occupés, niveaux de salaire à l'embauche, etc.). Même lorsque l'organisme de formation évalue sérieusement l'efficacité de ses formations, il est toutefois dommage de constater que ces résultats sont souvent assez confidentiels et peu communiqués au grand public. Comme si l'évaluation des formations ne pouvait servir qu'à leur processus qualité, sans utilité "marketing"...

  • Les services RH / formation : comme pour les organismes de formation, les services RH / formation pourront utilement renseigner les salariés s'ils ont mis en oeuvre un système d'évaluation des formations pertinent. Sinon, cela se limitera à quelques conseils imprécis ("Ah oui, tel organisme est assez réputé, donc c'est plutôt un bon choix..."), sans grande valeur et ne permettant pas d'attester de la qualité de la formation visée. Quant aux salariés des TPE/PME, ils auront encore plus de mal à avoir des informations, les entreprises de cette taille étant souvent dépourvues de service RH / formation.

  • Les anciens participants : si l'entreprise dispose d'un système d'évaluation des formations pertinent, le salarié pourra facilement savoir si un ou plusieurs collègues de son entreprise ont déjà suivi telle ou telle formation et, si tel est le cas, se rapprocher d'eux pour en savoir davantage. C'est en quelque sorte la dimension communautaire de l'évaluation : je peux entendre le responsable formation vanter la qualité de telle ou telle formation, mais si c'est un collègue qui le dit, cela sonnera différemment à mes oreilles... Cela rejoint certaines fonctionnalités mises en oeuvre par certains réseaux sociaux professionnels bien connus...

  • Les moteurs de recherche de formations : relativement nombreux sur le marché, ils permettent d'identifier des formations, d'en consulter le programme, d'en connaître le prix... sans toutefois livrer des informations plus qualitatives, à commencer par les appréciations des anciens participants. Les salariés, habitués à scruter les avis des clients sur Internet, ressentiront un "léger" manque...

En complément, nous pouvons y ajouter les OPCA (qui peuvent labelliser certains organismes de formation, rendre publics les résultats des évaluations des actions collectives, etc.), les centres de bilans de compétences (si le salarié s'est inscrit dans cette démarche), etc.

Vous noterez que je n'évoque pas le cas des normes, certifications, labels et autres chartes, à mon sens pas assez lisibles et compréhensibles pour les salariés... Habitués à acheter en fonction des retours et avis clients (l'effet Amazon joue à plein !), ils sont davantage à la recherche de témoignages et de chiffres explicites, plus que de preuves accordées par des institutions qui n'ont que peu de significations à leur niveau.

Les responsables formation souhaitant s'inscrire dans une démarche de marketing de la formation sauront entendre le message...

N'hésitez pas à partager cet article ;-)